Partagez|

Maèline ✎ cherche.un.titre.potable.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
i'm Maèline N. Ó Meadhra
date d'arrivée : 03/12/2008
nombre d'articles : 1875
âge du perso : vingt-quatre ans
mon job : Vendeuse chez un disquaire
célébrité : Candice Accola
crédits : © avatar by lollipops
MessageSujet: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 18:11

♦ Maèline Nailys Ô Meadhra ♦
Modèle (c) Boubouu ; Bannière (c) Cristalline ; Icon (c) Lonely_Angel

Introduce Yourself ♦

What About Me ? ♦

Age : 24 ans
Date de naissance : Le 15/04/1987
Lieu de naissance : A Karlstad (Suède)
Études : Elle n'en a presque pas faite.
Job : Vendeuse chez un disquaire
Situation amoureuse : Célibataire
Autres ? : Elle est schizophrène
Somethings You Should Now ♦

Egocentrique - Drôle - Nymphomane - Attentionnée - Energique

Elle est comme on dit “accro’” à la boisson ♦ Elle fume au minimum un paquet et demi de cigarette par jour ♦ Elle ne supporte pas les interdits ♦ Elle adore la lecture et tous les vieux ouvrages ♦ Elle ne mange pas de viande, pas pour la défense des animaux ça elle s’en fiche, mais juste par dégoût. ♦ Elle enchaîne les conquêtes, comme elle enchaîne les clopes ♦ Elle ne porte que des jupes ou des robes et à une sainte horreur des pantalons ♦ Elle est anticonformiste et ne fait absolument rien comme les autres, il y a qu’à voir l’intérieur presque in-meublé de son appartement ♦ Elle est très sarcastique et à une excellente répartie. ♦ Sa consommation de drogue est très régulière et pour en avoir elle est souvent prêtre à beaucoup de chose. ♦ Elle est totalement schizophrène, beaucoup de réaction étrange dans son comportement sans écoule donc ♦ Elle n’aime pas vraiment le soleil, elle se sent beaucoup mieux les jours de pluie. ♦ Elle a peur des pigeons, si l’une de ses bêtes à le malheur de trop s’approcher d’elle ou de prendre son envolent à ses côtés, elle devient totalement hystérique ♦ Elle a décrété qu’elle avait un côté dc. Jekyll et Mister Hyde, chez elle cela donne donc dc. Maèline et Miss Nailys ♦ Elle ne se prend absolument pas au sérieux ♦ Elle aime la musique et pourrait en écouter des journées entière sans arrêter. ♦ Il ne vaut mieux pas la chercher, car lorsqu’elle s’énerve elle n’est vraiment pas un ange. ♦ Elle a un sens de l’humour très développé et est compétemment déjantée. ♦ Elle est assez égocentrique, sa personne passe avant tout et il n’est pas question d’engager une discussion sans qu’elle n’en soit le centre ou au moins inclut.
Who I am in real life ♦

Behind the screen ♦

Pseudo / Prénom : Lilou
Age : 21 ans
Où avez vous connu le forum ? Oula pas assez de mémoire pour ça
Comment le trouvez-vous ? Horrible, avec des admins tyrans
Des idées pour l'améliorer ? pour l'instant aucunes
Code du règlement : Gabriel Brent Ashmore
Autres ? :


Dernière édition par Maèline N. Ó Meadhra le Lun 20 Juin - 22:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
i'm Maèline N. Ó Meadhra
date d'arrivée : 03/12/2008
nombre d'articles : 1875
âge du perso : vingt-quatre ans
mon job : Vendeuse chez un disquaire
célébrité : Candice Accola
crédits : © avatar by lollipops
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 18:12

It's not easy to tell our story ♦

« J’étais possédé par un démon et je vivais dans un éternel enfer. »


J’ai vu le jour un certain quinze avril, la météo avait prédit de timides éclaircies, mais la neige n’avait cessé de tomber en abondance d’après le récit de ma mère. Au nord de la Suède en plein milieu du mois d’avril il ne fallait pas non plus s’attendre à avoir une canicule… Ma mère est alors à l’aube de ses vingt-et-un printemps lorsque je pointe le bout de mon nez, mon père lui vient de fêter ses quarante-trois ans… cherchez l’erreur. Vous trouvez cela étrange ? Déjà ? Alors accrochez-vous pour la suite, je vous présente ma famille. Celle qui devait être ma tante par alliance, puisque mariée avec le frère de mon père et en réalité ma grand-mère, ce qui fait que mon oncle, le frère de mon père et en quelque sorte mon « beau-grand-père ». Pour ceux qui me suivent toujours je poursuis. Mon père qui à la base a épousé la femme de son frère, l’a ensuite quitté pour se mettre en couple avec la sœur de la femme de son frère, seulement son couple battait de l’aile alors ce dernier a décidé d’épouser la fille de la nouvelle épouse de son frère. Et c’est de cette dernière union que je suis née. Vous pensez toujours que votre vie est compliquée avec votre famille recomposée ? Si vous le désirez on échange… Avec tout ce milieu qui gravité autour de nous, vous imaginez bien que je n’ai pas était élevé dans un milieu très sain.
Mon père était ouvrier dans le bâtiment et surtout alcoolique à ses heures perdues. Ma mère elle était une simple femme au foyer, qui s’envoyait en l’air avec tout le voisinage dès que mon père quittait la maison. Elle était pourtant magnifique, le genre de femme à la beauté naturelle et surtout inexplicable. Je ne sais pas ce que leur union signifiait vraiment, ni l’un ni l’autre, n’avaient d’argent et je ne pense pas que c’est l’amour qui les liait. Moi au milieu de tout cela, je pense que j’étais juste là pour l’illusion d’une famille en construction, alors que celle-ci était surtout en perdition. Mon père cherchait à montrer qu’il était posé, ma mère elle cherchait surement un bout de stabilité. C’est dans cette famille que j’ai évolué. Je ne suis pas à plaindre, oh non, mes parents m’ont toujours aimé, à leur façon bien entendu, mais je n’ai jamais manqué de rien. Bien entendu, venant d’un tel milieu je ne pouvais pas m’en sortir indemne.

Le soleil est éblouissant à l’extérieur, l’été est bien implanté. Nous sommes en mille-neuf cent quatre-vingt-douze, j’ai alors six ans. Je suis une enfant épanouie qui ne manque de rien. A l’école je ne m’en sors pas trop mal, mais les enseignants disent que j’ai beaucoup de problème de concentration voir parfois de comportement. Ma mère ne l’a jamais vraiment relevé, en même temps elle n’a jamais supporté qu’on lui donne des leçons d’éducation comme elle appelait cela. Ce jour-là je joue dans le jardin, avec mes quelques poupées et une vieille dinette. Assise dans l’herbe, je nous préparais une tisane avec de la verdure que j’ai pu ramasser autour de moi et de l’eau qui trainait dans un vieux saut un peu plus loin de mon campement. Une fois l’eau recueilli je m’apprête alors à retourner m’assoir avec mes poupées, lorsque j’aperçois l’une d’entre-elle debout à me fixer, tenant dans sa main droite un muffin en plastique. « Dépêches-toi un peu j’ai soif ». Dans un hurlement je lâche la théière qui s’écrase dans l’herbe déversant tout son contenu, puis je me mets à courir à vive allure jusque la maison avec l’impression étrange qu’elle me poursuivait, fermant derrière moi la porte à double tour et les rideaux de la fenêtre qui donne directement sur le jardin. Mon père est devant la télévision demandant à ce que se raffut cesse sans attendre, ma mère quant à elle me regarde sans réellement savoir quoi faire. Je suis transit de peur désignant l’extérieur en lâchant quelques mots ci et là pour tenter d’expliquer que ma poupée m’avait parlé. Ma mère semble alors totalement inquiète, mon père quant à lui continue de grogné devant son match de hockey. J’entrouvre légèrement le rideau, pour voir si elle est toujours à la même place afin que ma mère comprenne enfin. « Regarde, regard, elle est debout, elle nous regarde et elle a l’air vraiment, vraiment pas contente ». Je la vois nous fixer la théière à la main. Ma mère elle me regarde affolé, ne comprenant pas vraiment ce qu’il se passait, mais devant la terreur que j’affiche sur mon visage, elle distingue bien que je ne feins pas de croire à mon histoire. « Tes poupées sont toutes assises à la même place 'Line. » « Non, non, non ! Elle est debout regarde ! ». Mes yeux sont embués et lorsque je tourne la tête à nouveau vers la fenêtre, la poupée a retrouvé sa place initiale. « Elle fait ça juste parce qu’elle t’a vu maman ! ».

C’était la première fois que ma maladie faisait une apparition si brutale. Ma mère m’a emmené quelques jours plus tard voir un spécialiste et les mots étaient jetés, « Votre fille est schizophrène ». Je ne sais pas si ma mère comprenait très bien ce que cela pouvait être, mais la tête du médecin en disait long. « Mais, cela se guérit ? ». Le médecin secoue la tête avec nonchalance. « Je crains que non madame, et ses effets pourraient même évoluer et s’aggraver avec le temps. Je suis navré. » Navré ma mère l’était aussi. La maladie était belle et bien présente et chacune des crises représentaient un supplice pour mes parents et une véritable torture pour moi-même. C’est ainsi que j’ai commencé à voir des chiens qui parlaient, que j’étais poursuivie, persécutée, espionnée par chaque passants que je croisais… Ma vie était devenue un enfer dont j’étais trop jeune pour en devenir maître.





« Tu n'as peur de rien, tu n'as peur de personne. Sauf de toi-même. C'est la pire de toutes les peurs. »




« Ouvres, bordel ! ». Je tambourine maintenant à coup de pieds dans la porte, l’immeuble est malsain et ses habitants ne sont guère mieux. Je suis vêtue d’une robe noire, bien trop grande pour moi, relevé d’une fine veste que j’avais trouvé la veille, aux pieds de vieux escarpins qui m’abîment les pieds à chacun de mes pas. A vrai dire je n’en avais rien à faire… Je suis là à taper dans une porte une bouteille à la main, espérant que l’occupant des lieux m’ouvrirai rapidement. « J’espère que c’est pour m’apporter ce que tu me dois que tu es là, sinon casses-toi tout de suite. » La porte venait de s’ouvrir sur un homme, le visage fatigué et bouffi par l’alcool et la drogue. Je le regarde droit dans les yeux écrasant ma cigarette sur le coin du mur. « J’ai pas l’argent Kris, mais j’ai besoin de ma dose. » Mes yeux sont perdus dans le vague, les crises de schizophrénie me reprenaient de plus en plus depuis que j’ai commencé à me droguer, je sais que j’étais capable de n’importe quoi pour obtenir ce que je désirai et d’autant plus lorsque cela me créer un manque.
Je suis tombée dans la drogue en quittant ma famille il y a à présent quelques années. Il faut dire qu’avec la découverte de ma maladie est mon comportement plus qu’étrange ma mère a fini par devenir folle à son tour. Ses aventures extra-conjugales ne cessaient d’augmenter frénétiquement, elle avait fini par se mettre à boire et à sombrer dans la poudre blanche. Elle disait que c’était son refuge. Ma mère si belle quelques années auparavant était devenue un ramassis de toute la misère humaine. Je doute en être la cause totale, mais je pense y avoir contribué à mes dépends. Quoi qu’il en soit, je me suis empresser de fuir le domicile familial dès que possible, espérant trouver sur ma route un certain salut. Seulement en poche j’avais tout juste quelques billets qui m’ont tout juste permis d’arriver jusqu’ici.

J’avais tout perdu en l’espace de quelques années, j’étais à présent une simple SDF, qui pour trouver un peu de salut se droguait et buvait à n’en plus pouvoir. A présent je suis là debout devant cet homme qui me dégoûte au plus haut point, mais qui est le seul à pouvoir m’aider à cet instant présent. Je fouille dans la poche de ma veste sortant une cigarette toute abîmée que je glisse avec douceur entre mes lèvres. Je finie par pousser le bras de mon interlocuteur qui me bloque l’entrée de l’appartement. « Tu n’aurais pas du feu ? ». Je mime un briquet en désignant la cigarette. « Tu n’auras rien, sors d’ici ». Je me laisse tomber dans le canapé, au milieu de cadavre de bouteille, bien décidée à avoir ce que j’étais venue chercher. Sur mon visage défait un sourire narquois se dessine, s’il fallait donner mon corps pour avoir un moment de paradis je le ferais, personne n’a dit que j’étais une sainte. En colère, il finit par s’approcher de moi, prêt à m’attraper pour me mettre dehors, lorsque quelqu’un vient frapper à la porte. Son regard semble plein de rage et sa voix emplie d’amertume lorsqu’il me lance en grognant « vas dans la pièce d’à côté, et pas de connerie ». J’acquiesce un sourire feint sur les lèvres. Je finie par m’engouffrer dans ce qui devait être jadis une cuisine, mais l’évier ressemble plus à un repère de cafards et autres insectes répugnants que d’un endroit sein ou y laissait sa vaisselle. Je finie par prendre place sur un tabouret lorsque mes yeux tombe sur un petit sachet de poudre blanche laisser un peu plus loin. D’un bout d’un seul je me relève pour l’attraper et lorsque j’arrive enfin à mes fins une voix venant de derrière moi « Ne fais pas ça ». Surprise je lâche le sachet qui termine sa course sur le sol. Je finie par me retourner, la silhouette de ma mère trône sur le tabouret sur lequel j’avais pris place quelques secondes auparavant. Le manque de drogue me donne des hallucinations je le savais et la schizophrénie elle amenait avec elle le reste. Je me baisse pour ramasser le petit sachet, rassurée qu’il ne s’est pas ouvert et déversé sur le sol durant sa chute. « Ne fais pas ça ». Une nouvelle fois cette voix, j’attrape un verre avant de le jeter dans la direction de cette silhouette. « Ferme-là ! ». Le verre lui termine sa course contre le mur explosant avec fracas. Je m’attends à voir mon « hôte » débarquer en furie d’une minute à l’autre, mais rien, le silence le plus complet pris place dans l’étroite pièce. La silhouette aussi a disparu. Je prends alors à nouveau place sur le tabouret, profitant de ses quelques secondes d’accalmie pour « m’évader ». J’ai déjà pas mal consommé d’alcool durant la journée, je savais que je ne pouvais pas trop, de ce fait, abuser de la drogue, mais rien ni fait… Les effets ne sont même pas encore apparues que le sol semble défaillir sous mes pieds, mon nez quant à lui se met à saigner, sans que je ne puis rien faire pour l’arrêter, ma tête tourne mes yeux se ferment. Je suis ailleurs sereine…

Mes yeux s’ouvrent à nouveau et le décor a totalement changé. Mes bras sont tenus par des liens sur un lit, les murs sont peints d’un blanc morbide et un tableau de très mauvais goût est suspendu face à moi. Il ne me faut pas longtemps pour comprendre dans quelle galère je m’étais encore fourré. Me débattant autant que possible j’essaie tant bien que mal de faire céder mes liens mais rien ne semble y faire, alors je finis par hurler. Mes cris sont si forts qu’ils amènent avec eux un médecin et ce qui me semblait être une infirmière. Celui-ci passe une petite demi-heure à essayer de me rassurer, imbécile de médecin, avant de m’expliquer pourquoi j’étais ici et comment je pourrai en sortir. Ce dernier m’annonce avec le ton le plus solennel qui soit que je suis toxicomane et alcoolique. Il a vraiment trouvé cela seul ? Quelle clairvoyance !
Je reste cloîtrer dans ce centre quelques mois, une torture pour moi. J’arrive par quelques stratagèmes à me faire entrer un peu de drogue et d’alcool essayant de les consommer à des moments stratégiques afin qu’ils n’apparaissent jamais sur les tests que nous font passer les médecins. Je finis par décrocher mon bon de sorti. « Te voilà guérie, Maèline. » Me lance le médecin plein de joie. Abruti ! Pour permettre ma sortie le deal était simple, j’avais juste à me rendre dans l’une de ses réunions d’alcoolique anonyme. Ce jour-là n’était pas arrivé ! Plutôt mourir que me retrouver entourée de pommés.





« On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé. »




« Moi c’est Nailys et je suis… » Mes yeux sont posés sur le médecin face à moi qui « anime » le groupe de parole. Il semble dire à ma place les mots que je me devais d’employer tel un prompteur, j’hausse les épaules et poursuit « au milieu de pommés, par curiosité. » Je reprends place de façon la plus solennel qu’il soit, un rictus narquois aux coins des lèvres. Le regard du médecin se fait quant à lui d’un noir intense. Je suis venue ici entant que Nailys et non sous la personne d’Maèline, c’est un peu comme si docteur Jekyll se rendait dans une conférence en Mister Hyde… C’est deux personnes différentes. Je réajuste ma jupe sous le regard de mes deux voisins, si seulement je pouvais être ailleurs à ce moment même. Les présentations s’enchaînent sous mes yeux agars, j’en ai que faire de leurs problèmes d’alcool, j’en ai assez avec les miens. Je ne sais pas vraiment ce qui m’a décidé à mettre les pieds dans cette association, peut-être la menace que l’on m’interne à nouveau… non même pas. Je passe en revu un par un les participants, me moquant intérieurement de leur allure ou encore de leurs gestuelles au passage, des pantins ni plus ni moins. Mes yeux terminent leur course sur un jeune homme qui semble contraster totalement avec tous les autres alcooliques qui nous entourent. Je repose mes yeux sur mes escarpins qui me font un mal de chien, si j’avais su je me serais contenter de chaussures plates. Je soupire, passant négligemment une main dans mon épaisse chevelure. L’impatience commence à doucement me gagner, il faut dire que rester assise sur une chaise ne m’a jamais passionné. Je tire à nouveau sur ma jupe, avant de fermer légèrement les paupières espérant que leurs discours finiraient par devenir un simple bourdonnement. « Bon, c’est pas que je m’ennuie … Mais, je me casse. » Un peu saisie je relève les yeux. Le jeune homme aperçu quelques instants plutôt s’apprête à partir. Deux choix s’offrent alors à moi, rester avec cette bande de pommés ou le suivre jusqu’à l’extérieur. Avec moins de distinction que mon prédécesseur je quitte la salle sans même un au revoir.

D’un pas rapide j’essaie de suivre brièvement le chemin qu’il venait d’arpenter afin de le rattraper, je ne sais pas vraiment pourquoi à vrai dire, mais quelque chose chez cet homme m’intrigue. Le claquement de mes talons sur le sol résonne légèrement donnant à l’endroit un aspect morbide. Arrivée à son niveau je tends le bras afin de lui attraper le sien pour qu’il cesse enfin sa course, mais je n’ai pas eu le temps de réagir que je suis à présent sur le sol une main dans le dos tenue avec force. « Vous me faîtes mal ! » « Drôle d’idée de me suivre comme ça, aussi ! » Est-ce une raison pour me tordre pour autant le bras ? Je tente de relever le regard vers lui. « Vous croyez vraiment que je vais vous tuer ou quoi ? Lâchez-moi ! » Ma main est à nouveau libre, j’attrape mon poignet comme pour vérifier qu’il n’est pas casser. Je m’apprête à relever la tête lorsque mon interlocuteur prend de nouveau la fuite. Il n’a tout de même pas l’intention de me laisser seule sur le sol ? Comme un peu plus tôt de lui attrape à nouveau le bras, espérant qu’il ne ferait pas la même chose à mon deuxième poignet. « Vous n’allez quand même pas me laisser comme ça ? » Je suis couverte de boue jusqu’à la taille est mon regard en disait long sur le fait que j’attendais au moins un geste de sa part. C’est la moindre des choses après tout non ? Une main finie par se tendre, je la saisie afin de me redresser enfin. Ma jupe noire, presque neuve est presque bonne à jeter. Enfin j’en ai que faire je ne suis pas matérialiste pour deux sous, mais quand même. « Merci, c’est très aimable de votre part. » J’hausse brièvement les épaules, puis baisse les yeux afin de passer négligemment une main sur mes vêtements afin de les remettre en place. « Avez-vous encore besoin de mon aide, ou je peux définitivement partir ? » Je n’ai pas de temps de relever la tête qu’il avait déjà repris la route. Je suis plutôt du genre tenace comme fille… Mes pas emboîtent alors les siens, gardant une petite distance de sécurité, soyons prudent, je finie par lancer à nouveau sur un ton presque enjoué. « Vous devez avoir un prénom, non ? » « Cela ne vous regarde aucunement. » La réponse ne se fit pas attendre. Je me stop alors quelques instant regardant autour de moi la rue déserte.

Je suis en plein milieu de la chaussée et sous mes yeux le feu tricolore passe du vert au rouge. D’une manière décidée je m’assoie sur le sol, le regard plongeait dans les lumières qui bordent la route, je ne fis plus vraiment attention au jeune homme qui a de toute façon surement dû poursuivre sa route. Je finie par fouiller dans la poche de ma veste sortant une cigarette. Avec cette saleté de réunion je n’ai pas fumé depuis au moins une demi-heure, un exploit pour moi, en soi. Perdue dans mes songes, une voix qui se fit plus douce que précédemment, vient m’y extirper. « Qu’est-ce que vous faîtes ? ». J’hausse les épaules, un sourire narquois prend place sur mes fines lèvres émeraudes. « Cela ne vous regarde aucunement. » Vert. Orange… Il prit place à mes côtés. Mon regard reste posé sur l’horizon. Rouge. Vert… « Alors, qui êtes-vous ? » « Un fils à papa, qui ne connait pas la valeur de l’argent et qui va de fille en fille sans se poser de question ou un écrivain raté qui est obliger de vivre de l’argent d’un père qu’il ne supporte pas pur ne pas devenir SDF. L’interprétation est au choix. Mais assez parler de moi, on ferait mieux de prendre une chambre, vous êtes plutôt pas mal comme femme…» Mon regard a alors quitté la rue pour se poser sur lui. Un sourire a d’abord pris place sur mon visage presque éteint, avant de se transformer en léger rire devant les yeux étonnés de mon interlocuteur. Il semble tout aussi atypique que ce que je peux être, c’est peut-être cela qui m’a poussé à le suivre. « Pas mal ? C’est un compliment de votre part, non ? ». Mon souffle s’éteint déjà sur ses lèvres, après tout pourquoi continuer à parler on sait tout deux comment la soirée se terminera. La nuit nous l’avons passée ensemble. Mon réveil se fut avec les premiers rayons de soleil qui se sont frayés un chemin au travers les épais rideaux. Mes yeux se sont posés sur cet homme que j’ai rencontré la veille, je ne mis pas longtemps à enfiler mes habilles et à me faufiler à l’extérieur de l’appartement. Je n’ai jamais été pour les réveils niais, plein de tendresse. Nous n’avons pas de compte à nous rendre après tout, c’était l’histoire d’un soir, comme beaucoup d’autre auparavant non ?! Je ne fais pas partie de ses filles « fleurs bleues », je n’ai pas besoin de considération, surtout pas de la part d’un homme.


Dernière édition par Maèline N. Ó Meadhra le Mer 29 Juin - 21:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i'm Invité
Invité
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 18:23

Je change ça tout de suite dans le bottin des avatars.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
i'm Sutton R. Greenden
date d'arrivée : 13/12/2007
nombre d'articles : 3961
âge du perso : 23 ans
mon job : reporter
famille & amis : -Noah
-Clémence
-
célébrité : Amber Heard
crédits : @castiells
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 19:39

Ma Maéline! Décidément internet fait des siennes à tout le monde! Je connais pas mal de personnes qui ont des souci avec leur connexion et du coup leur empêche de venir :( Bref ravie que ça soit résolu je m'inquiètais <3

Et puis, ton changement d'avatar ne me dérange absolument pas au contraire. J'adore, je vénère Candice <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.besomebody.fr-bb.com

avatar
i'm Maèline N. Ó Meadhra
date d'arrivée : 03/12/2008
nombre d'articles : 1875
âge du perso : vingt-quatre ans
mon job : Vendeuse chez un disquaire
célébrité : Candice Accola
crédits : © avatar by lollipops
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 22:17

Merci beaucoup les filles

Ils ont free ? si oui on fait un boycotte lol. Non mais je ne vous aurez pas abandonné comme ça sans explications
Je vais en faire une folle de Candice faudra me pardonner alors si tu la vénères lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
i'm Sutton R. Greenden
date d'arrivée : 13/12/2007
nombre d'articles : 3961
âge du perso : 23 ans
mon job : reporter
famille & amis : -Noah
-Clémence
-
célébrité : Amber Heard
crédits : @castiells
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 22:19

Aucune idée ! :p.

Une folle? Ou la j'ai hâte de voir ça. Mais je sais qu'avec toi on ne vas pas être déçu <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.besomebody.fr-bb.com

avatar
i'm Maèline N. Ó Meadhra
date d'arrivée : 03/12/2008
nombre d'articles : 1875
âge du perso : vingt-quatre ans
mon job : Vendeuse chez un disquaire
célébrité : Candice Accola
crédits : © avatar by lollipops
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Lun 20 Juin - 22:59

Présentation terminée en espérant ne pas l'avoir trop torturée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
i'm Sutton R. Greenden
date d'arrivée : 13/12/2007
nombre d'articles : 3961
âge du perso : 23 ans
mon job : reporter
famille & amis : -Noah
-Clémence
-
célébrité : Amber Heard
crédits : @castiells
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Mar 21 Juin - 10:46

Dis donc son histoire est loin d'être de tout repos mais j'adore et surtout je trouve que Candice est parfaite pour ce genre d'histoire. J'ai hâte de voir comment tu vas la faire évoluer dans le forum =). je suppose que je t'ajoute au groupe des habitants de L.A étant donné que ton personnage est vendeuse =)?

Evidemment, je ne l'ai pas dit mais tu es validée <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.besomebody.fr-bb.com

avatar
i'm Janice L. Parker
date d'arrivée : 22/06/2008
nombre d'articles : 1671
âge du perso : 23 ans
mon job : photographe
famille & amis : 2 fathers ; 1 sister I don't talk with anymore
Amis : Noah
célébrité : Megan Fox
crédits : cyrine & permanent joy
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Mar 21 Juin - 11:45

Rebienvenue sur le forum Maèline et bon jeu parmi nous
vive Candice en schizophrène

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
i'm Noah V. Montgomery
Noah ♦ All my Life is a Photo
date d'arrivée : 06/06/2008
nombre d'articles : 1078
âge du perso : 24 ans
mon job : Photographe
famille & amis : - Billie
- Rafaël
- Janice
célébrité : Paul Wesley
crédits : Mick' (avatar) & gifsoup (sign)
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Mar 21 Juin - 19:01

Même en schizo Candice reste sexy ^^

Bienvenue ^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
i'm Maèline N. Ó Meadhra
date d'arrivée : 03/12/2008
nombre d'articles : 1875
âge du perso : vingt-quatre ans
mon job : Vendeuse chez un disquaire
célébrité : Candice Accola
crédits : © avatar by lollipops
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Ven 24 Juin - 1:39

Merci ma petite billie, pour candice moi aussi je la trouve parfaite pour ce genre de rôle et étrangement c'est la seule qui m'est réellement venue en tête lorsque j'ai écrit l'histoire... Pour le groupe oui c'est bien ça, je vous évite de la supporter au sein même du journal

Merci janice ça me fait trop penser à la folle dans friends le prénom lol

Candice est toujours sexy... lol merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i'm Invité
Invité
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable. Ven 24 Juin - 9:49

Je t'ajoute dans ton groupe. Wink
Revenir en haut Aller en bas

i'm Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Maèline ✎ cherche.un.titre.potable.

Revenir en haut Aller en bas

Maèline ✎ cherche.un.titre.potable.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weekly Infos :: 
préparation des futurs membres
 :: Archives
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit